900 125 125

0800 91 60 33

MENÚ

Ctra. A-138, 22365 Parzán-Bielsa, Huesca (España)
Tel.: + 34 974 51 80 73
Fax. + 34 974 51 80 79

Contacto / Contact

Projet BIDIREX

Titre du projet:
Amélioration de la communication transfrontalière par la remise en bidirectionnalité du Tunnel Transfrontalier ARAGNOUET – BIELSA.

Axe prioritaire:
Améliorer la qualité de vie des populations à travers des stratégies communes de structuration territoriale et de développement durable.

Thématique:
Accessibilité: Transport et TIC.

Date de démarrage: 11/01/2010.
Date d’achèvement: 30/09/2015.
Durée (mois): 69.
Coût total en euros: 1.210.000 €.

Partenaires participants:
JDF: CONSORCIO PARA LA GESTIÓN,CONSERVACIÓN Y EXPLOTACIÓN DEL TÚNEL DE BIELSA-ARAGNOUET Y SUS ACCESOS.
Localisation du siège: Ctra. A-138 pk 91, 22365 Parzán, Bielsa (Huesca).
Coût total en euros: 1.210.000,00 €.
Aide Feder (en euros): 786.500,00 €.

Synthèse du contenu du projet

Le projet BIDIREX est configuré comme le prolongement du projet GESCONTRANS. Le projet BIDIREX vise à renforcer et consolider les objectifs en conformité avec le premier projet visant à promouvoir des actions communes en améliorant les infrastructures de transport, afin de fluidifier le trafic et perméabiliser les Pyrénées par le seul passage transfrontalier reliant la Région Midi-Pyrénées avec la Région d’Aragon, en vertu du principe qu’une bonne communication routière passe par une voie de circulation bidirectionnelle et sécurisée.

Compte-tenu des implications socio-économiques que l’exploitation du Tunnel d’Aragnouet-Bielsa en continu et en toute sécurité représente pour les zones d’influence, et des effets négatifs sur l’économie qui se produisent par le trafic alterné, le présent projet se propose de mettre en œuvre les mesures permettant de rétablir un trafic bidirectionnel sécurisé pour les véhicules légers.

Problématique dans laquelle s’inscrit le projet

Le Tunnel transfrontalier d’Aragnouet-Bielsa, situé au nord du département de Huesca, dans le massif pyrénéen, relie la Comarca de Sobrarbe et le Département des Hautes Pyrénées, donc l’Espagne et la France. Il est, avec le Somport et le Portalet, une des trois voies de communication transfrontalière entre les deux pays.

Les enjeux stratégiques de cet itinéraire sont les suivants :

  • Contribuer à une structuration du territoire cohérente et durable, en réduisant l’isolement provoqué par la faible perméabilité de la zone frontalière, spécialement dans le domaine de la mobilité.
  • Développer et intégrer de cette façon le potentiel économique et touristique des régions directement affectées, ainsi que promouvoir le développement endogène des territoires.
  • Assurer la stabilité de la de coopération entre les deux territoires.

Dans cette perspective, il faut souligner l’importance d’améliorer les communications entre la Région d’Aragon en Espagne et la région Midi-Pyrénées en France à travers le tunnel, afin de favoriser la compétitivité du secteur touristique, qui est à ce jour l’atout majeur, en été comme en hiver, pour le commerce, l’hôtellerie et le transport de marchandises; et d’un point de vue plus général, dans tous les domaines économique, social et du travail.

La fluidité de cet axe routier représente pour le Sobrarbe un levier important: l’essor, la consolidation et la modernisation de son secteur touristique sont étroitement liés à l’histoire du tunnel. L’accès des flux touristiques européens au Parc National d’Ordesa et Monte Perdido, au Parc Naturel de la Sierra et Cañones de Guara, mais aussi au Parc Naturel du Posets-Maladeta, trois espaces de haute valeur environnementale situés à proximité de la frontière, a lieu principalement à travers le tunnel d’Aragnouet-Bielsa.

Ce passage transfrontalier a également un rôle important pour le secteur agricole et de l’élevage, ainsi que pour le tourisme lié au ski, surtout sur le versant français.

Le projet GESCONTRANS visait au travers d’une gestion conjointe à améliorer l’accessibilité et la perméabilité des zones concernées.

Dans le cadre de la procédure d’élaboration du Dossier Préliminaire de Sécurité, la Commission Nationale d’Evaluation de la Sécurité des Ouvrages Routiers (CNESOR) dans son avis du 16 novembre 2010, a demandé au gestionnaire de l’ouvrage, le Consortium pour la gestion, conservation et exploitation du Tunnel d’Aragnouet-Bielsa et de ses accès (CTBA), que le tunnel soit exploité en alternat complet.

L’imposition de la circulation unidirectionnelle alternée dans le Tunnel a provoqué de longues files d’attente tout le long de l’année. Malgré les importants travaux réalisés dans le cadre de GESCONTRANS, la circulation devenait plus difficile pour les personnes qu’auparavant, situation difficilement compréhensible pour les usagers du tunnel et le grand public.

Les élus locaux comme la population ont exprimé leur inquiétude et mécontentement face aux contraintes engendrées par un système de trafic unidirectionnel. De plus, de nombreuses critiques concernant les files d’attente sont formulées, ce qui a nuit à l’image du Consortium.

Il fallait également faire face à un problème majeur de sécurité, car les plateformes d’entrée dans le tunnel côté français mais aussi du côté espagnol se trouvent sous une série de couloirs d’avalanche menaçant en période hivernale directement les zones d’attente des véhicules.

En réponse à cette situation, le projet BIDIREX se propose de remettre en circulation bidirectionnelle le Tunnel d’ ARAGNOUET – BIELSA, afin d’une part de fluidifier le trafic et d’autre part d’améliorer la sécurité des usagers.

Objectifs et résultats

L’objectif global du projet BIDIREX est la consolidation du seul passage transfrontalier reliant la Région Midi Pyrénées et le Département des Hautes Pyrénées avec la Région d’Aragon et le Sobrarbe, sachant qu’une bonne communication est conditionnée par la fluidité du trafic.

Son objectif spécifique est la remise en bidirectionnalité du tunnel afin de fluidifier le trafic et d’améliorer la sécurité des usagers.

Ce projet prétend donc répondre à des problématiques et des nécessités communes aux deux versants du territoire: la perméabilité transfrontalière des zones concernées, le renforcement d’un service transfrontalier d’intérêt général et la stabilité des activités socio-économiques de la région.
La continuité saisonnière annuelle rendra possible le développement de nouvelles initiatives d’entreprises et le maintien de la rentabilité des activités existantes.
La mise en valeur des zones d’influence comme ressource touristique: s’il est vrai, comme mentionné au-dessus, que la richesse et la biodiversité du patrimoine transfrontalier est abondante et qu’aujourd’hui des actions de valorisation conjointe voient le jour (projets POCTEFA HPHP et PMPPM), grâce à ce nouveau projet le développement des ressources touristiques complémentaires de chaque côté de la frontière sera favorisé.

Contenu du projet

Une nouvelle sollicitation de la Commission National d’Evaluation de la Sécurité des Ouvrages Routiers (CNESOR) en juillet 2012 a permis d’envisager de remettre le tunnel en fonctionnement bidirectionnel.

Le projet développera deux types d’actions relatives :

  • aux études, à l’aménagement et l’équipement nécessaires à la mise en place d’une circulation bidirectionnelle des véhicules légers
  • à la sécurité des véhicules et des usagers

L’objectif global du projet, à savoir: assurer un fonctionnement continu et la viabilité hivernale du tunnel dans des conditions idéales de sécurité, sera atteint grâce à la mise en œuvre des activités suivantes :

Bidirectionnalité:

  • Etudes complémentaires de gestion de trafic.
  • Système de Communication (connectivité ADSL/téléphonie mobile).
  • Maîtrise d’Oeuvre nécessaire afin d’obtenir la bidirectionnalité des véhicules légers.

Renforcement des mesures de sécurité :

  • Mise au point de la caméra du tunnel entrée sud.
  • Dossier de Sécurité.
  • Eclairage de secours.
  • Essai de fumées tièdes.
  • Abri Pompiers.
  • Aménagement du Poste de contrôle.
  • Maîtrise d’Oeuvre pour l’installation d’une Station météo (équipement et suivi).
  • Suivi nivologique et déclenchement artificiel d’avalanches.

Ces actions seront d’autre part complétées par des actions de suivi, de coordination, de gestion et de communication réalisées en interne par le Consortium.